Notre projet d’établissement exprime notre volonté collective de concrétiser le projet éducatif et pédagogique de notre Pouvoir Organisateur en réalisant pendant les trois prochaines années les quelques actions définies comme prioritaires par et pour notre communauté éducative.Celles-ci s’inscrivent dans le cadre du décret « Missions » du 24 juillet 1997 et en cohérence avec l’inspiration du projet éducatif du réseau, « Missions de l’école chrétienne », ainsi que les projets de la FédEFoc.

La réalisation de ce projet d’établissement qui est une œuvre collective nécessitera la collaboration des différents partenaires : élèves, parents, enseignants, direction, pouvoir organisateur, acteurs externes. Cette responsabilité partagée par les différents acteurs s’exerce à toutes les étapes du projet : sa conception, sa réalisation, son évaluation.

La mise en œuvre de notre projet d’établissement ne débute pas avec l’obligation décrétale : elle s’inscrit dans la continuité des actions entreprises ces dernières années et dans la tradition de notre école.Ces réalisations déjà présentes constituent un appui important sur lequel les innovations projetées s’enracinent.C’est pourquoi on trouve également des traces de ce « capital de départ » dans le texte ci-dessous.

Le projet d’établissement représente une intention que nous nous engageons à concrétiser. En choisissant ces quelques priorités,notre objectif est de les faire aboutir. Bien sûr, ces intentions doivent être confrontées aux réalités du terrain et notamment à une disponibilité des moyens nécessaires à leur mise en œuvre.Pour effectuer cette confrontation entre nos intentions et nos actions, nous nous engageons à évaluer régulièrement l’avancement de notre projet ainsi que les résultats au terme de trois ans.Pour respecter la dimension partenariale de ce projet d’établissement, l’évaluation de celui-ci s’effectuera notamment au Conseil de Participation qui en a reçu mandat. Si des actions n’ont pu aboutir, si des défis n’ont pu être relevés, au moins devrons-nous en identifier les raisons et mettre en œuvre les actions de régulation nécessaires.

Cette introduction décrit l’esprit dans lequel nous souhaitons que ce texte soit lu tant au départ qu’au terme de notre projet d’établissement.

 

POURQUOI ? COMMENT ?
Hypothèses d’objectifs opérationnels Actions possibles
Avoir une définition commune de l’acte de lire et de l’apprentissage de la lecture Aménagement et gestion d’une bibliothèque
de classe, en renouveler les livres
Développer le savoir-lire de 2,5 ans à 12 ans. Réalisation d’un livre par classe.
Favoriser le contact avec le livre. Visite régulière de la bibliothèque communale avec choix d’un livre pour chaque enfant.
Découvrir l’écrit. Participation au prix Verzele.
Lire le plus possible. Lecture des plus grands aux plus petits.
Donner le goût et l’envie de lire. Lire pour le plaisir.
Améliorer la lecture orale. Ecouter une histoire lue par la maîtresse.
Veiller à la compréhension. Organisation d’un rallye-lecture.
Faire découvrir les styles et les écrits différents. Travailler sur l’inférence.
  Faire appel à un auteur, un conteur.

 

1) POURQUOI LE CHOIX DU « SAVOIR LIRE » COMME FIL CONDUCTEUR DE NOTRE PROJET D’ETABLISSEMENT ?

Nos observations, nos constats.
* expression verbale : enrichir son vocabulaire,la construction des phrases, viser le bien-parler.
* difficultés rencontrées lors de la lecture des consignes
* importance du message écrit pour les apprentissages, pour les évaluations, pour la résolution de problèmes
* attention portée à la dimension orthographique du message

2) CHOIX ET ACTIONS CONCRETES MISES EN ŒUVRE DANS L’ETABLISSEMENT .

A. PROJET EDUCATIF.
Valeur privilégiée : la confiance dans les possibilités de chacun.
Objectif éducatif privilégié : les enfants doivent être actifs dans la construction de leurs savoirs.


B. PROJET PEDAGOGIQUE.
Orientation pédagogique privilégiée et choix méthodologique :
- assurer la continuité dans le développement des enfants de 2,5 ans à 12 ans.
- priorité du programme intégré pour développer les compétences du savoir lire et « orchestrer » l’apprentissage de la lecture. - actions-moyens (à poursuivre)
- formation des maîtres d’encadrement pédagogique : apprentissage de la lecture
- concertations avec animateur pédagogique
- animations sur la lecture
- exploitation de la presse


C. PROJET PASTORAL.
Orientation pastorale privilégiée : valoriser toutes les possibilités de chaque enfant.
Possibilités d’actions concrètes :
- respecter l’autre dans ce qu’il est et ce qu’il sait
- favoriser l’entraide en utilisant les possibilités de chacun dans divers projets
- mettre ses compétences et capacités au service des plus démunis
- inciter au partage
Support de textes bibliques
Collaboration avec la paroisse


D. PROJET SANTE.
Rendre le temps de midi plus agréable au réfectoire en y améliorant les conditions d’accueil (chauffage plus silencieux,plus performant) et en sensibilisant les élèves sur le bénéfice qu’ils peuvent retirer d’un repas pris dans le calme et la décontraction.

3) LES DISPOSITIONS CONCERNANT LA GRATUITE DE L’ACCES A L’ENSEIGNEMENT.

Les documents de travail (manuels et fournitures scolaires, photocopies) sont actuellement gratuits. Le journal de classe et certaines fournitures scolaires classiques (restant la propriété des parents) sont payants.
Une participation financière sera demandée aux parents pour des activités telles les spectacles, les expositions, les classes de dépaysement, les manifestations sportives extérieures, les repas à l’école…

4) L’INTEGRATION DES ELEVES ISSUS DE L’ENSEIGNEMENT SPECIALISE.

La proposition d’intégration proviendra de l’équipe éducative de l’école spécialisée, en concertation avec le centre P.M.S. et les personnes responsables de la garde de l’enfant. L’acceptation de ces élèves sera étudiée au cas par cas par l’équipe éducative de notre école selon divers facteurs entrant en compte (provenance du type d’enseignement, accès physique aux bâtiments, nécessité d’un personnel d’encadrement particulier et spécialisé…).
S’il y a acceptation de la direction, de l’équipe éducative et du P.O. de notre école, un contrat d’insertion de l’enfant sera défini et signé entre les différents acteurs (titulaires de notre école, P.M.S., direction, équipe éducative de l’école spécialisée et personnes responsables de la garde de l’enfant), et ce projet d’intégration sera envoyé au Ministre qui prendra la décision finale.

5) LES MOYENS MIS EN ŒUVRE POUR ASSURER LA TRANSITION ENTRE ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE.

Lors de rencontres individuelles ou collectives, chaque titulaire du cycle 4 conseille les parents et les enfants sur les orientations possibles au secondaire : collaboration étroite indispensable entre l’équipe pédagogique et les parents.
Le P.M.S. nous aide aussi dans cette tâche grâce aux dossiers concernant le parcours des élèves mais aussi par l’information transmise sous forme de brochures.

6) LES MODALITES D’ORGANISATION VISANT LE NON-REDOUBLEMENT DANS LES CYCLES.

Durant la progression des enfants dans les cycles, des concertations seront organisées entre les titulaires du cycle concerné afin de tout mettre en œuvre pour le développement de l’enfant et donc de savoir ce qui a été fait les années précédentes et de chercher ensemble ce qui peut encore être fait.
S’il y a nécessité, les parents, les titulaires, la direction et le P.M.S. se réunissent pour statuer sur le bon fondement d’une année complémentaire.
Si un enfant rencontre des difficultés dans son cursus scolaire, les parents sont rencontrés par le titulaire, la direction ou le P.M.S. et les actions mises en place sont consignées dans le dossier de l’enfant.

7) LES TRAVAUX A DOMICILE DANS NOTRE ECOLE.

En première et deuxième années primaires, certaines activités facultatives seront proposées. L’élève pourra aussi lire ou présenter à sa famille ce qui a été réalisé ou construit en classe. A partir de la troisième année, des travaux à domicile seront exigés des enfants.
Ils seront adaptés au niveau d’enseignement.
Ils seront le prolongement d’apprentissages déjà réalisés durant les périodes de cours.
Ils prendront en compte le niveau de maîtrise et le rythme de chaque enfant.
Ils pourront même être personnalisés.
Le mercredi (sauf en période d’examens), aucun travail ne sera demandé aux élèves afin de leur permettre de s’adonner à des activités sportives, culturelles ou autres l’esprit tranquille.

Moyens mis en place afin de favoriser la communication entre l’élève, les parents et l’école :
- l’organisation de réunions d’information dès le début d’année.
- le journal de classe comme outil de communication.
- le panneau d’informations générales sous le préau.